Actualité des élu.e.s RCSE au conseil départemental // 21.10.2018
Partager

Retrouvez ici la lettre d’information complète et en images.

Bonne lecture !

Nous étions réunis le 19 octobre pour les derniers ajustements budgétaires 2018, qui se sont avérés, au final, minimes et à la baisse.

Tout d’abord, dès 8h devant l’hôtel du Département, nous étions aux côtés des collectifs qui soutiennent les jeunes mineurs isolés, abandonnés par le Département, alors même qu’ils sont dans un parcours d’intégration sans faute. Après des prises de paroles de jeunes et de responsables associatifs, nous avons  pu nous exprimer pour faire part de notre totale solidarité à leur combat pour faire valoir leurs droits.

A cette occasion, nous avons pu annoncer le vœu, porté par l’ensemble des oppositions de gauche et écologiste, enjoignant le Département de mettre en œuvre la continuité de prise en charge des mineurs scolarisés et nous avons dénoncé l’incohérence d’une politique qui interrompt le parcours de ces jeunes, très investis et déjà intégrés.

Ensuite en séance, la majorité départementale s’est satisfait d’une bonne gestion et d’un équilibre des finances du département, tout en se réjouissant que la réduction des dépenses se fasse « sans dégrader la qualité et le niveau du service rendu aux usagers » ! (sic) ce qui nous laisse perplexe et n’est pas crédible. En effet, nous constatons tous les jours les effets délétères de leurs critères trop restrictifs qui découragent les acteurs et font qu’ils ne répondent plus aux appels à projet.

L’action sociale en berne

L’action sociale, au cœur des compétences du Département, voit donc ses budgets réajustés à la baisse, illustrant ce que nous avions dénoncé la veille en conférence de presse : beaucoup d’effets d’annonce mais au final une ambition politique étriquée. Au bout de 3 ans de mandat, cette majorité avoue d’elle-même que la montée en charge des actions est progressive ! Mais plus qu’une montée en charge progressive, il s’agit en réalité d’un renoncement.

Le pôle agroalimentaire Is(h)sère

La majorité départementale, en parallèle de la marque Alpes Is(h)ère, a lancé le label Is(h)ère pour valoriser les produits alimentaires locaux. Il manquait à notre sens la dimension environnementale (limitation des intrants chimiques, valorisation des pratiques agro-écologiques…). Nous avons donc proposé des amendements à la rédaction de la charte, de façon à intégrer des critères de qualité et de respect de l’environnement. Ces amendements ont été malheureusement refusés.

Nous avons également porté un vœu pour l’interdiction du glyphosate à l’horizon 2021, incitant le Département à amorcer dès maintenant l’abandon de cette substance cancérogène, qui sera de fait interdite à moyen terme.

Il va sans dire que ce vœu, comme celui concernant les jeunes mineurs devenus majeurs et laissés livrés à eux-même, ont été balayés et ce, malgré la promesse du Président Barbier en début de séance de les mettre au débat en fin de séance.

Voilà ce qu’il fallait retenir de cette matinée où Véronique Vermorel a pu conclure lors de son allocution sur ce qui pouvait relever d’une action sociale innovante du Département pour anticiper les mutations de notre société.

Vos élu.e.s du Rassemblement Citoyens, Solidarité & Écologie